Témoignage de l’écrit #12

” J’ai 20 ans et je suis aujourd’hui en première année dans le Centre de Formation en Orthophonie de Lille. Pourtant, rien ne me prédestinait à devenir orthophoniste. J’ai fait un bac ES et je suis sortie du lycée avec le bac en poche, mais je ne savais toujours pas ce que je voulais faire plus tard… Alors en tant que « bonne élève » on me conseille de partir en prépa ECE (une classe préparatoire économique, pour préparer l’entrée aux écoles de commerce). Rien à voir avec le soin ou l’humilité …
Sans grande conviction je me lance dedans en me disant que je n’étais pas certaine de faire carrière dans cette voie. Et pourtant, ce n’est qu’au mois d’avril que je me rends enfin compte que je ne suis pas faite pour le commerce, mais il est trop tard pour m’inscrire sur APB et je ne peux pas repartir pour une année dans quelque chose qui s’appellerait « prépa » : cette année, bien que très enrichissante, a été trop difficile. Je décide donc je partir en fac de Lettres et en parallèle je commence à travailler les concours avec le CNED.
Ça a été une période difficile car je me sentais un peu seule dans cette préparation. Il est facile de se décourager au cours de l’année quand les résultats des concours tombent …
J’ai passé 6 concours au total et j’ai eu 5 réponses négatives d’affilé. Quand j’ai passé Lille, le dernier pour moi, je n’avais plus aucun stress car « de toute façon je ne l’aurai pas » et j’avais prévu de partir en classe préparatoire aux concours d’ortho l’année suivante.
Le jour du concours je m’étais levée à 5h pour prendre le train, et je suis arrivée en avance sur le lieu du concours pour éviter de cumuler l’angoisse inutilement. J’ai rencontré plein d’étudiante toutes plus souriantes les unes que les autres, avec un sweat « l’île Ortho » et je me suis dit « si un jour j’en ai un comme ça j’ai tout gagné ! »
Je pensais avoir tout raté, être incapable de réussir le moindre concours, j’avais seulement aimé la nouvelle épreuve de raisonnement logique, elle correspondait bien à mes capacités.
Le jour des résultats je n’avais pas internet et de toute façon je ne voulais pas aller voir, ce n’est jamais évident d’essuyer les échecs aux concours, on se remet sincèrement en question.
Finalement j’ai reçu un message de félicitation. Très grande surprise ! A ce moment j’ai su que le plus difficile était fait même si l’oral restait à venir.
Pour cette dernière épreuve, j’avais connu des entretiens type Écoles de commerce, alors je me suis dit « ça ne pourra jamais être pire ! ». Finalement ça a été une très belle journée, le jury était très rassurant et l’oral de 20 minutes est passé très vite ! Bien évidemment il faut se préparer et savoir pourquoi on est assis devant eux. Essayez aussi de vous renseigner sur le très vaste champ de compétence de notre belle profession.

J’ai été prise sur liste principale dès le début, ça a été un vrai soulagement et une énorme joie. Aujourd’hui je suis très fière de savoir que je vais faire le métier dont je rêve et je m’investis à 200 % dans mes études !
Si je devais écrire un message à tous ceux qui lisent ceci, ce serait : même si vous avez un parcours atypique, si votre profil ne correspond pas à celui du plus grand nombre, si vous n’y croyez plus, si vous avez déjà planifié votre solution de secours, si vous avez l’impression d’être seul dans un océan d’exceptions grammaticales … ne baissez pas les bras, avec du courage et une petite part de chance, le concours est à votre portée !
Courage à tous, nous serons ravis de vous accueillir dans le Nord !

Coraline “