Témoignage de l’oral #4

” Malgré 7 concours tentés, je n’ai été admissible qu’à Lille et Rouen. Par chance, je n’ai passé que l’oral de Lille. Je stressais beaucoup car cet oral devenait un coef 3 l’an dernier et était supposé être nouveau, mais nous n’avions pas d’infos supplémentaires sur son contenu. J’ai néanmoins pris un sacré plaisir à le travailler après tous ces écrits si répétitifs et lassants, enfin j’allais avoir la possibilité de m’exprimer et de défendre mon cas, et en plus, partir à Lille ne me dérangeait absolument pas. J’ai travaillé mes qualités et défauts, quelques pathologies dans les grands traits, ma définition du métier, ses origines, pourquoi je souhaitais me reconvertir, j’ai aussi pris quelques notes sur le Nord et Lille, et j’ai fait beaucoup de virelangues car j’ai tendance à parler (très) vite et ça m’a plutôt aidée à mieux articuler pour le jour J. J’ai également revu la grammaire, notamment comment expliquer très simplement les règles à quelqu’un qui ne les connaît pas, mais ça ne m’a pas servi le jour de l’oral. Idem pour la comptine ou la chanson que j’avais apprises par cœur. Attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas se préparer à ça, je parle juste de l’oral de l’an dernier.
Et le jour J justement, j’avais rdv à 11h, il faisait un temps magnifique, et j’avais chaud ! Je suis arrivée en nage en haut des escaliers du département d ‘orthophonie avec ma valise, vers 10h50. Malgré mon grand âge, j’ai été subitement impressionnée par la masse de personnes qui attendaient dans le couloir, d’un coup je me suis sentie vraiment toute petite. Et puis j’ai repéré la salle, je me suis assise en face, sur une chaise du couloir… et j’ai été appelée à peine 2 minutes plus tard ! Gros stress car j’étais encore essoufflée et pas prête psychologiquement à entrer dans le vif du sujet aussi vite ! Donc un conseil : arrivez plus tôt !
Je m’installe face à une jeune femme très souriante, qui écrivait tout, et une autre plus fermée, mais cette attitude est justement un test alors pas de panique. Les questions qui me reviennent en tête concernaient mon parcours, pourquoi ortho, mes attaches dans la région d’où je venais car la « dame fermée » a bien insisté sur le fait qu’on ne pouvait pas quitter le centre de formation (CF) d’ortho de Lille une fois qu’on y entrait, mes qualités/défauts, ma définition du métier d’ortho, les matières qu’on étudiait dans le CF, où je me voyais dans 5 ans, si je pensais travailler en libéral ou en structure… Ensuite il y a eu les logatomes à écrire en majuscules sur une feuille ramassée à la fin, des phrases chuchotées derrière moi par la « dame fermée » et à répéter, et enfin il y a eu un message vocal à lire, message contenant des noms de médicaments (pensez à mettre de la vie dans votre lecture). Au début, j’ai parlé hyyyper vite et je me sentais m’enfoncer dans ma chaise, c’était affreux ! Et puis j’ai pris sur moi, j’ai repris mon souffle, je me suis calmée, j’ai souri mais de façon naturelle (!), j’ai répondu tranquillement aux questions, j’ai pris soin de regarder chaque membre du jury quand je parlais, et j’ai même réussi à lâcher une blagounette qui a plutôt plu 😉 Je suis sortie de cet oral contente de moi. Rien n’était gagné pour autant, mais je n’avais pas été piégée, j’avais su répondre à tout et je n’avais pas de regrets. Les dés étaient jetés. Je me suis quand interrogée sur les critères de sélection si les questions n’étaient pas plus méchantes (je dis ça en tout modestie, sincèrement), mais il y avait l’histoire du quota en suspens qui était plutôt menaçante…
Préparez-vous bien, souriez sans en faire trop, soyez naturelles et prêtes pour le jour J, ne récitez pas par cœur vos réponses bien entendu, le jury aime la spontanéité. Et là encore, n’écoutez pas celles qui vous diront « ah mais moi j’ai fait les oraux de ça, ça et ça et puis ça ! » ou « ah mais moi j’ai déjà tel oral et tel autre mais je préfère avoir le plus de choix possibles » : on s’en fout !
Bonne chance à toutes !!!
Et question tenue, j’avais mis un jean noir, un petit haut rose et une veste noire, histoire de me sentir à l’aise et jolie, ça peut mettre un peu de baume au cœur quand on stresse.”