Archives de catégorie : Témoignages de l’écrit

Témoignage de l’écrit #4

“Pendant l’année de mon bac (littéraire), je me suis orientée vers l’orthophonie. J’ai voulu intégrer une prépa l’année suivante mais les notes obtenues au test d’entrée n’étaient pas assez élevées par rapport à celles des autres étudiantes. Le professeur de français m’a conseillé de faire une année à la faculté de Sciences du Langage et de me représenter l’année suivante. Ayant raté les dates d’inscription du concours de Bordeaux cette année-là, je n’ai passé aucun concours pour “voir ce que c’était”. J’ai ensuite intégré la prépa et j’ai passé trois concours, les plus près de chez moi. J’ai été pré-admissible au concours de Bordeaux mais mes notes à l’épreuve de grammaire étaient trop faibles, comme celles du résumé-discussion, pour être admissible. J’ai fait une deuxième année, toujours dans la même prépa. Elle prépare beaucoup aux concours de Bordeaux et Paris mais de nombreuses élèves avaient été admises à Lille les années précédentes. J’ai davantage travaillé qu’en première année et j’ai passé cinq concours. Je les ai choisis selon mes capacités, je n’ai tenté aucun concours comprenant des épreuves de biologie, de mathématiques ou de culture G. Je n’ai pas beaucoup stressé (ce n’est pas dans ma nature) mais il est très important de se faire confiance et de ne pas se poser trop de questions. J’ai été admissible au concours de Bordeaux (alors que je croyais avoir complètement raté la première partie), admise à Nancy et à Lille. L’oral de Lille était le premier que je passais, j’étais assez stressée mais je suis sortie avec une bonne impression (comme la grande majorité des candidats). J’ai intégré, à ma plus grande joie, l’école de Lille. Je peux vous conseiller de ne pas vous déconcentrer si vous pensez avoir raté une épreuve pendant un concours parce que ce ne sera peut-être pas le cas. Il faut se concentrer sur l’épreuve suivante et tout donner pour n’avoir aucun regret. Je pense aussi qu’il faut se connaître, faire des choix en fonction de ses capacités et de son état d’esprit. Donnez le meilleur de vous-mêmes, essayez de positiver et restez motivé(e)s jusqu’au bout !”

Laura

Témoignage de l’écrit #3

“Je m’appelle Elise, je viens d’avoir 29 ans et je fais partie des reconverties de 1A de Lille.
Avant d’arriver ici, j’ai obtenu une licence en Langues Etrangères Appliquées en me spécialisant dans le commerce international, puis un master en marketing et relation-client, autrement dit, tout ça n’avait pas grand chose à voir avec l’orthophonie ! J’ai commencé à travailler dans le monde du commerce tout en me posant mille questions sur ma place dans cet univers. J’avais déjà pensé à devenir orthophoniste quand j’étais collégienne…. et je n’ai jamais vraiment cessé de penser à ce métier en réalité, car mon orientation ne me correspondait pas à 100%, mais ça, j’ai mis longtemps à l’admettre.
Un jour de juin 2014, j’ai pris la décision de tenter ma chance aux concours d’orthophonie. J’ai quitté mon poste et je me suis inscrite dans une classe prépa. J’ai passé l’année à étudier tout en m’autorisant de longues pauses. Je n’arrivais pas à travailler tous les jours, reprendre des études après avoir été salariée n’est pas si simple, mais je me rattrapais une autre fois. Vers janvier 2015, j’ai accéléré le rythme. Là encore, ça a représenté un grand sacrifice car je tirais un trait sur toute forme de vie sociale ou familiale pour quelques mois.
Entre février et juin 2015, j’ai passé 7 concours, et j’ai été éliminée à chaque écrit. Je n’avais pourtant pas de si mauvais classements, c’était rageant. Le concours de Lille était celui que je voulais le plus avec celui de Paris, et bizarrement, le jour J, l’écrit lillois a été celui pour lequel j’étais le plus sereine. Une fois les épreuves passées, j’ai bien sûr repensé aux questions tombées, et aux erreurs que j’avais faites. Il fallait être hyper rapide pour répondre à tout et correctement, il y avait une nouvelle épreuve que personne ne connaissait, et j’ai fini le résumé à la toute dernière seconde sans pouvoir me corriger ! J’étais sûre que je le paierais très cher et plus j’y repensais, plus je perdais espoir. Et finalement, ça a été l’énorme surprise fin mai quand j’ai appris que j’étais admissible !
L’épreuve suivante, nous vous en parlerons plus tard, car pour le moment, il faut vous accrocher. Travaillez efficacement, soyez optimistes, et accordez-vous des moments pour souffler, c’est super important de s’aérer l’esprit quand on prépare un concours aussi dur. Et surtout : n’écoutez pas les stressé(e)s autour de vous le jour de l’écrit, relativisez un minimum et croyez-en vous !!
Bonne chance !”

Témoignage de l’écrit #2

“J’ai passé ce concours pour la deuxième fois en 2015, et cette année-là SURPRISE ! Une épreuve était remplacée par une autre, toute neuve : l’épreuve de raisonnement logique.
Je ne savais pas à quoi m’attendre, et pour dire vrai je n’étais pas très heureuse que le concours soit modifié, au contraire, j’aurais préféré que mon expérience du concours de la première année me soit favorable mais bon ! Il fallait faire avec.
Je suis partie en train la veille dans l’après-midi pour arriver vers 18H à l’hôtel.
J’étais accompagnée d’une amie de ma prépa. L’attente était longue car le concours démarrait le lendemain à partir de 14H. Nous avions donc toute la soirée et la matinée du lendemain pour nous préparer à ce passage si important.
Je me souviens que mon état d’esprit à ce moment-là était pour le moins mitigé, après une deuxième année de préparation au concours dans une prépa qui ne m’a pas convenu du tout (sur tous les plans : cours/professeurs non qualifiés pour le concours spécifique) je commençais à désespérer car j’avais passé pas mal d’écrits et aucun résultat n’était encore tombé. J’étais dans l’incertitude et le doute.
Quoi qu’il en soit, je devais me faire violence et malgré le temps pluvieux qui n’était pas très engageant je devais tout donner le lendemain !
Souvenez-vous toujours de cela : si vous vous donnez tant de mal à vous déplacer, à payer l’hôtel, les transports et surtout à donner de votre personne c’est pour une bonne raison ! Sans avoir une mauvaise mentalité (cad vouloir écraser les autres) vous devez être sûr(e) de vous et vous impliquer jusqu’au bout !
Combien de candidates se sont démoralisées après avoir eu le sentiment de rater une épreuve sur les 4 et sont passées à côté du concours pour quelques malheureux points…
Trêve de bavardage, même si le climat n’est pas de votre côté, même si vous doutez, gardez la pêche et le sourire.

Mes conseils généraux :

1) Venez en avance.
Il n’y a rien de pire que de se stresser avant les épreuves

2) Prenez un casse-croûte avant et durant les épreuves (histoire de ne pas plancher le ventre vide). Les épreuves vont durer toute l’après-midi, et même si on a le ventre noué parfois, après la 1ere épreuve notre estomac nous rappelle à l’ordre. Mieux vaut prévenir que guérir !
+
Prenez vos précautions (quelque 30 minutes avant les épreuves il y a énormément de monde aux toilettes, repérez des endroits plus isolés où vous pouvez y aller tranquillement). Ceci est un détail technique super important haha !

3) N’oubliez pas les papiers essentiels : Carte d’identité, Convocation etc.

4) Vérifiez bien le lieu de passage du concours [il n’est pas encore connu]. De toute façon les étudiantes seront là pour vous guider et en suivant le flot d’étudiants qui passent l’examen vous ne pouvez pas vous tromper.

Conseils et expérience des épreuves :

Première épreuve : Le QCM d’orthographe de 30 MN, l’épreuve phare de Lille
Il y a de nombreuses annales disponibles (presque toutes les années) concernant ce QCM. Dans les années 2000 il était très simple, mais attention ! Il ne faut pas s’y fier. Il peut y avoir une ou plusieurs bonnes réponses, et les pièges même infimes sont présents un peu partout.
Le mot d’ordre de cette épreuve est de connaître ses règles de grammaire et d’orthographe sur le bout des doigts (les exceptions, les participes passés, les adjectifs de couleur etc.) Je vous conseille d’acheter le livre « Le précis de Grammaire GREVISSE » qui est la bible des futurs orthophonistes (d’autres livres ont le même contenu mais celui-là est vraiment un incontournable)
De plus, il est important d’être RAPIDE. Une demi-heure cela passe très vite et je me souviens qu’il y avait une cinquantaine de questions.

2 ème épreuve : La nouveauté de l’année 2015, le QCM de raisonnement logique
composé uniquement de 5 questions (30 MN pour vous)
Il ne faut pas négliger cette épreuve.
Je me souviens que je n’étais pas sûre de mes réponses (il fallait lire des petits paragraphes de nature scientifique et cocher les réponses qui reprenaient l’idée exacte du texte). En soi ce n’était pas difficile mais il faut vraiment se concentrer et ne pas interpréter des idées qui ne sont pas présentes dans le texte.
Il y avait plusieurs réponses possibles (choix multiple)

3 ème épreuve : Une dictée à corriger (30 MN)
L’école de Lille est une adepte de Marcel Proust. Je vous conseille donc de vous entraîner à corriger des textes issus de ces ouvrages.
Je ne me souviens plus exactement mais je pense avoir corrigé uniquement lorsque j’étais sûre de moi mais je pense avoir pris quelques risques tout de même.
L’épreuve est rapide et le temps de relecture est minime donc comme toujours il faut faire vite et bien.

4 ème et dernière épreuve (ouf, on a hâte que ça se termine !) : l’épreuve de résumé de texte (1H pour vous)
Tout s’était plutôt bien passé jusqu’ici (sans grande conviction mais quand même) jusqu’au moment du résumé de texte. Patatras ! Le texte était long et complexe.
Il parlait de la morale et d’expériences scientifiques. Je me suis dit que j’étais cuite !
Je m’étais beaucoup préparée à l’épreuve du résumé car c’était ma faiblesse. J’avais pris des cours particuliers avec un professeur en or et face à ce texte et au temps qui courait j’étais en panique ! Tout ça pour ça …
J’ai respiré un bon coup et je me suis attaquée à la bête. Foutu pour foutu je donnerais tout quoi qu’il arrive ! Je ne me suis pas tapé 5H de train entassée dans un wagon avec des enfants qui braillaient, je n’ai pas mangé une pizza dégueu à l’hôtel ni passé une nuit horrible pour repartir bredouille.
Alors j’ai fais de mon mieux : un résumé en 30 lignes de ce texte hideux.
J’ai procédé par paragraphes (assez conséquents quand même) et j’ai terminé ce travail qui pour moi ne valait pas grand chose.

Et pourtant à ma GRANDE surprise, deux mois après, les résultats sont tombés et mon nom était inscrit pour la première fois sur la liste tant attendue. Je n’en revenais pas !
On me donnait enfin ma chance de défendre ma place dans cette école à l’oral.
JOIE JOIE JOIE STRESS STRESS STRESS.
Maintenant il ne fallait plus rigoler. A nous deux jury de Lille, je vais te prouver de quoi je suis capable ! ”

Mylène

Témoignage de l’écrit #1

“J’étais en prépa littéraire (hypokhâgne A/L) et je ne savais pas bien où cela allait me mener. De plus, j’avais une connaissance qui avait tenté, 4 ans plus tôt, le concours sans trop de révisions et avec succès. Me basant sur ce principe là, je me suis inscrite au concours de Lille à la dernière minute. Un mois avant l’épreuve, j’ai commencé à faire des annales en pataugeant dans la semoule pour trouver les réponses sur internet et en tentant, tant bien que mal, de combiner mes révisions avec ma vie d’étudiante en hypokhâgne.
Arrivée à Lille après avoir parcouru 350km en train, j’ai passé l’épreuve sans stress car sans gros enjeux pour moi. Je ne comprenais pas pourquoi il y avait autant de monde, pourquoi tout le monde se connaissait, pourquoi des filles en accueillaient d’autres avec des bonbons et des paroles chaleureuses. Le système des prépa m’était totalement étranger.
L’épreuve s’est passée sans trop de mal, sans trop de surprise. Il fallait être rapide, efficace et surveiller l’heure. Je me suis laissée guider par mon instinct pour le QCM de vocabulaire, j’ai adoré corriger la dictée de Proust, le QCM de compréhension écrite et raisonnement verbal était de la pure logique et enfin le résumé a été un carnage car je n’en n’avais jamais fait avant.
Je suis repartie chez moi assez défaitiste et quand j’ai eu le courage, des semaines après, de reprendre les sujets et de vérifier mes réponses sur internet, ça a confirmé mon échec total.
Finalement, j’ai été prise pour l’oral et me voilà en première année d’ortho !

– Laetitia”